Le Jazz, cette musique originaire d’Afrique de l’Ouest

Posted by

Pour beaucoup, le jazz est un genre musical apparu aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle mais combien d’entre vous connaissent sa véritable origine…?

L’origine même du mot « jazz » est floue, plusieurs hypothèses existent. Pour certains, le terme jazz viendrait d’une langue africaine et serait un dérivé de jaiza qui signifie « son éloigné de percussions » ou de jasi qui lui désigne le fait de vivre à toute allure. D’autres hypothèses seraient que le nom proviendrait soit:

  • d’un esclave nommé Jasbo qui vivait en Nouvelle-Orléans (ville où le genre musicale c’est popularisé) dans les années 1820.
  • de l’argot anglais du verbe « to jazz » qui signifie copuler car beaucoup estimaient que les rythmes utilisés dans le jazz avaient une connotation érotique.
  • du créole (dérivé du verber « jaser »).
  • du mot jass (apocope du mot jasmin : fleur qui prolifère dans le sud des USA.

C’est malheureusement dans la traite négrière que le jazz trouve sa source…

En effet, de 1450 à 1869, le commerce trans-atlantique des esclaves a apporté plus de 12 millions d’africains en Amérique du nord. Ces esclaves, largement originaires d’Afrique de l’ouest, ont transporté avec eux  leur forte tradition musicale. Devant abandonner père, mère, enfants, croyances et langues une fois arrivé sur ce nouveau continent, ces hommes déracinnés se réfugièrent dans la musique.  Le chant était alors l’unique part restante de leur identité qui leur servait de remède contre la nostalgie et les souffrances quotidiennes. C’est là que commencèrent ces tempos chantant l’espoir de jours meilleurs. Très vite, ils utilisèrent le jazz et le Blues pour rythmer leurs efforts dans les champs de coton:  work songs.

Au fil du temps le chant devint leur seule activité de détente. D’abord chaque soir autour du feu après une journée de dure labeur, le jazz était considéré comme rustique, prolétaire et était mal vu. La musique était faite avec des intruments improvisés tels que des casseroles, des bouteilles, des tonneaux. Oh freedom est certainement un des exemples les plus parlants de cette musique de désespoir et de lamentations.

Progressivement, les rythmes deviennent plus gaies et enjoués et sont fusionnées avec les tempos des esclagistes et de la religion et de nouveaux genres apparaissent. Le ragtime, popularisé par Scott Joplin, est joué au piano dans les maisons closes et les saloons. Le blues est chanté dans les plantations. Et seuls les negro spirituals et les gospel songs sont jugés « respectables car pratiqués à l’église.

Le jazz est créé!

En 1917 le quintette Original Dixieland enregistre le disque Livery Stable Blues et marque la création du jazz. Peu après le groupe « Creole Jazz Band » qui compte le trompetiste Louis Armstrong enregistre aussi un disque.

 

Laisser un commentaire