Les Six femmes qui veulent prendre la place du Président Buhari

Posted by

Pr. Olufunmilayo Adesanya-Davis, Dr. Oluremi Comfort Sonaiya, Dr Elishama Rosemary Ideh, Adeline Iwuagwu-Emihe, Eunice Atuejide et Princess Oyenike Roberts voilà les noms des six candidates aux élections de 2019 au Nigéria.

Sur les 91 partis d’oppositions, certaines coalitions commencent déjà à se former : 39 partis se sont déjà engagés à élire un candidat unique. Cela dit, sur 60 candidats seulement 10% sont des femmes. Alors la gente féminine a-t-elle vraiment une chance de gagner les élections cette année ?

En 1999, le Nigéria ne comptait aucun candidat féminin. En 2003, deux étaient dans la course et l’une d’entre elles –Sarah Jubril- a battu tous les pronostics en obtenant 157 560 voix. Un record parmi toutes les femmes à une élection présidentielle dans le pays. Depuis lors, le nombre de femmes a diminué lors des élections présidentielles. En 2007, sur 27 candidats, une seule était une femme. Elle n’a d’ailleurs recueilli que 4 309 voix. En 2011, l’histoire se répète. Sur 63 partis politiques, 20 candidats ont émergés parmi lesquels Ebiti Ndok était également la seule femme. Lors de la dernière élection de 2015, Mme Oluremi Sonaiya affrontait 14 autres candidats et n’a obtenu que 13 076 voix. C’est la première fois qu’autant de femmes sont candidates au Nigéria.

Voici les six femmes qui ambitionnent de diriger la première puissance africaine :

Elishama Rosemary Ideh, Ph.D

Dr Rosemary Ideh«Nous allons affronter le monstre de la corruption avec la plus grande vigueur, mais avec un état d’esprit différent des efforts passés et actuels. Nous lutterons contre la corruption dans toutes ses manifestations tangibles et intangibles. Nous nous efforcerons de renforcer l’indépendance et l’autonomie de la Commission de lutte contre la criminalité économique et financière (EFCC) en ce qui concerne son financement, ses privilèges, ses pouvoirs et même la composition de ses dirigeants. Contrairement à notre opposition, qui cherche à utiliser l’EFCC comme un chien d’attaque pour combattre son opposition tout en protégeant ses amis des conséquences de la corruption et d’autres méfaits, nous sommes confiants de lui donner la latitude nécessaire pour s’acquitter de son mandat statutaire et de ses responsabilités. Tout simplement parce que nous n’avons rien à cacher et que le Nigeria a besoin d’un dirigeant qui associe intégrité et intelligence, ainsi qu’une compréhension profonde et approfondie des implications de la 21ème économie mondiale et de la place du Nigeria dans celle-ci. »

Son but est d’actualiser mettre l’accent sur la création de richesse matérielle et sociale qui assurera le bien-être actuel et la sécurité future des Nigérians vivant aujourd’hui et des générations futures.

Dr Adeline Iwuagwu-Emihe

« Je crois qu’avec le bon leadership, la répartition et la gestion équitables des ressources naturelles et humaines de la nation, il est possible de satisfaire de manière adéquate tous les citoyens, grands et petits. »

Elle a récemment publié un programme de transformation et de développement en dix points qu’elle entend suivre «énergiquement» une fois élue. Elle a exprimé son désir de réorganiser le pays pour l’aligner sur les processus sociopolitiques, agro-économiques, éducatifs, infra-structurels, industriels, judiciaires, sécuritaires et technologiques. Elle prévoit énormément d’équité et de justice pour tous les peuples.

Princess Oyenike Roberts

Princess«Notre système politique est alimenté par l’argent et c’est pourquoi nous avons le genre de leadership que nous avons. Le système devrait être guidé par la méritocratie – ce que vous savez faire, comment vous le faites et la volonté avec laquelle vous le faites. C’est ce qui devrait motiver les gens. Ce n’est pas combien d’argent vous avez ou combien d’argent vous pouvez investir dans une personne que vous pouvez contrôler à la fin de la journée. C’est ce qui a donné naissance à la notion de parrainage selon laquelle c’est ce que vous savez qui vous amène au sommet. Ce système dure depuis si longtemps. Mais je vois une nouvelle génération de leaders venir; un changement qui va changer notre façon de faire de la politique au Nigeria. Nous ne permettons pas à la méritocratie de régner; nous permettons à l’argent de régner »

Basée aux États-Unis, elle est vice-présidente du comité des affaires publiques américano-nigériane et présidente de l’Association des professionnels africains des médias aux États-Unis. Elle s’engage à créer un million d’emplois par an, à fournir une éducation de qualité et abordable pour tous et garantie sécurité des vies et des biens. Lors d’un discours à New York, la politicienne née dans l’État d’Osun a juré de n’accepter aucun don de la part de Nigérians corrompus pour financer sa campagne «Hope 2019». Elle a attribué les problèmes du Nigéria à une structure défaillante, affirmant que le président nigérian devait, dans la prochaine période politique, avoir la volonté de restructurer le pays afin de réaliser son potentiel.

Eunice Atuejide

Eunice

Agée de 39 ans, elle est la fondatrice du Parti de l’intérêt national (NIP). Elle a déclaré que le Nigéria avait besoin d’un président expérimenté et instruit. Juriste, mère de cinq enfants, elle a voyagé dans au moins 76 pays et parle couramment l’igbo, le yoruba, l’allemand, l’anglais et le français. Elle a déclaré que le Nigéria stagnait en dépit de ses énormes ressources humaines et matérielles, car ses dirigeants sont avides et égoïstes, manquent de vision et cherchent à s’enrichir avec la richesse nationale. Tout en déclarant son ambition présidentielle à Abuja, elle a déclaré: «Les hommes et les femmes qui nous dirigent sont avides d’égoïsme. Ils vont au gouvernement simplement pour couper leur part du gâteau national.» Atuejide a fait valoir que le seul moyen de faire avancer le pays consiste à mettre les bonnes personnes en position de leadership. « Mon administration ne se concentrera pas uniquement sur les intérêts d’une personne, d’une tribu, d’une religion, d’un groupe ethnique, d’un groupe politique, d’entités qui financent des campagnes, d’entreprises. Les intérêts de chaque personne seront représentés avec compétence et de manière appropriée, et chaque partie obtiendra ce qui convient le mieux à sa situation par rapport à la situation générale de notre cher pays. Je nous garantis l’égalité sur la table de négociation. Nous serons tous entendus et nous chercherons ensemble des solutions à tous nos problèmes. Si l’occasion se présente, je vais nous éloigner des griffes perverses de ces dirigeants et nous livrer entre les mains de personnes meilleures. « 

Le professeur Funmilayo Adesanya-Davis

funmilayo.jpg55 ans, professeur d’arts du langage et de la communication à la Rivers State University of Education. Elle est originaire de l’État de Kwara. Elle a déclaré qu’elle aspirait à devenir le prochain président du Nigéria afin de mettre les de garantir un futur prospère à tous. Rappelant qu’elle avait commencé à aspirer à la présidence en 2015 alors qu’elle souhaitait être le vice-président de l’ex-président Goodluck Jonathan. Aux élections de 2015, elle a déclaré cette fois qu’elle était prête à assumer le rôle de chef de file.

Dr. Oluremi Comfort Sonaiya

Sonaiya.jpgElle était déjà candidate en 2015 et avait obtenu 13 076 voix. L’éducatrice, écrivaine et fondatrice du parti KOWA de 63 ans a déclaré qu’elle avait tiré les leçons de l’expérience acquise de la précédente élection. Elle a déclaré que le leadership était le principal problème du Nigéria, un ingrédient essentiel qu’elle avait promis de fournir, si elle était élue à sa deuxième tentative en 2019.

 

 

Laisser un commentaire